Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)


Musique, fichtrediantre!

Tribune
Marguerite :
marie-pierre : J'ai été très intéressée par vos différentes remarque, vos extraits de livres et le commentaire que vous en faites. Tenez-moi au courant, merci.
Bien à vous,

Marie-Pierre Gauthier
Sendy : hi??
Sledymmenly : Today is good poorly, isn't it?

Réagir :
Nom
Adresse web

Grenier
Novembre 2009 : 1 article
Janvier 2009 : 2 articles
Novembre 2008 : 1 article
Juin 2008 : 1 article
Mai 2008 : 2 articles
Avril 2008 : 1 article
Mars 2008 : 1 article
Août 2007 : 1 article
Juillet 2007 : 2 articles
Juin 2007 : 5 articles
Mai 2007 : 1 article
Avril 2007 : 1 article

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Charles Baudelaire Intime: le poète vierge
--> par Nadar

Je connaissais Nadar pour ses photographies de Baudelaire, mais pas pour les souvenirs qu'il en a écrits et qui furent publiés après sa mort en 1911. Voilà qui est réparé.

Les ans ont passé, on s’est assagi, assis. Je n’ai pas encore présenté Baudelaire dans mon ménage. Il va s’en charger tout seul.

Un matin; je suis sorti dès la première heure. Madame, à peine levée, entend fort tapage dans la salle à manger. Elle entr’ouvre la porte…
La grande table de chêne a été poussée vers la paroi, assez haute. Sur la table une chaise, sur la chaise un Monsieur hissé s’allonge pour examiner de plus près un tableau vers la corniche.
Naturellement c’est Baudelaire qui, de là-haut, salue en tous respects, puis se décide à descendre, et s’annonce…

Plus tard, et cette fois, du vilain.

On est à table, au dessert.
L’enfant guigne le compotier aux gâteaux, tend sa petite main. Baudelaire a pris un gâteau qu’il présente, à distance.

« – Oui, mais tu vas dire : Je suis un gourmand!

– Je suis un gourmand – et le petit bras s’allonge.

– Pas encore! Dis : – Je suis un misérable gourmand ! »

Ce mauvais jeu ne me va pas du tout : et le regard de la mère, donc! Énervé, j’ai saisi et donné au petit le gâteau, avant que Baudelaire ait arrêté mon bras, me disant très grave, en reproche:

« – Mais nous pouvions en obtenir davantage… »

...

Au cas où vous ne l'auriez pas deviné, ceci a été écrit par WeepingWillow, à 11:40 Pour enrichir encore un peu plus la rubrique "La folle du logis (ébauches d'une bibliothèque idéale)".



Modèle de mise en page par Milouse - Version  XML   atom